Home > Archives > La Bible Dit >
.
Liberté ultime
.
Photo: Dreamstime
De nos jours, beaucoup de gens considèrent la liberté comme étant l’absence de lois. Selon eux, les lois sont restrictives, limitatives. J’ai lu récemment un article rédigé par un type qui veut supprimer le cycle hebdomadaire. Un tel cycle, soutient-il, est archaïque et déphasé par rapport à la culture du 21e siècle. Par conséquent, il faut l’abolir. Pour lui, le cycle hebdomadaire est un obstacle. Devant un tel raisonnement, je n’ai qu’un argument : pourquoi s’arrêter là ? Pourquoi ne pas abolir le temps et le cycle de 24 heures ? De cette manière, nous serions tous libres des contraintes de la vie conventionnelle ! Mais qu’arriverait-il si nous décidions de manger ensemble demain après-midi ? Nous n’aurions aucune idée de l’heure à laquelle nous rencontrer !

Selon Le Petit Robert, un libertaire est une personne « qui n’admet, ne reconnaît aucune limitation de la liberté individuelle en matière sociale, politique ». Pour les libertaires, moins, c’est plus. Ils veulent moins de lois, moins de restrictions, moins d’interférence gouvernementale. Chose intéressante, aucun pays ou gouvernement n’a jamais été établi sur des principes de gouvernance libertaires (à bien y penser, de tels principes existent-ils ?). Normalement, la vraie liberté dépend des lois soigneusement rédigées définissant les limites et créant un système de valeur.

La loi de la liberté

Si vous envoyez votre enfant de trois ans jouer dans une cour qui n’est pas clôturée, il y a fort à craindre que celui-ci ne sorte des limites du terrain et ne se fasse blesser. Sans clôture, vous devez le surveiller sans relâche. Mais si le paramètre de la cour est clairement défini par une clôture solide, délimitant ainsi l’aire de jeu, la liberté règne – sans que votre enfant ne coure le danger de s’égarer. Dans les Écritures, Jacques se réfère à la loi de Dieu en tant que loi de liberté (Jacques 2.12-13), ce qui signifie que les lois mêmes que Dieu a établies pour notre gouvernance peuvent être une source de liberté, lorsque nous invitons Christ à les établir dans notre cœur.

La chose trompeuse au sujet de la liberté, c’est que nous pouvons imaginer que nous sommes libres en éliminant toutes les barrières extérieures « imposées » par les autres. Cependant, il nous reste encore à nous battre contre nous-même… Or, être esclave de soi peut être l’un des types d’esclavages les plus débilitants.

« Jésus leur répondit : En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres. » (Jean 8.34-36)

 Réagissez à cet article.  Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________


Par Rich DuBose. Copyright 2014, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Monique Lemay. Sauf mention contraire, les citations bibliques sont empruntées à la Bible Segond révisée (Colombe).


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.