Home > Archives > La Bible Dit >
.
Bon Appétit !
.
Photo: Dreamstime
Été 1976 : l’Europe est en proie à une vague de chaleur record. Dans un effort pour ne pas suffoquer dans notre chambre non climatisée d’un hôtel de Paris, ma camarade de chambre et moi ouvrons les portes françaises donnant sur le balcon. De l’autre côté de la rue, nous apercevons les membres d’une famille dans un appartement à l’étage, en train de savourer leur dîner. Comme nous n’arrivons pas à trouver le sommeil, nous continuons à les observer. Une heure passe. Puis une autre. Finalement, autour de minuit, ils sortent de table, éteignent les lumières, et selon toute apparence, vont au lit.

Les Français savent vraiment jouir d’un excellent repas. Se réunir autour d’une bonne table est, pour eux, un acte presque sacré. La nourriture est succulente, mais ce qui importe le plus, c’est sans doute ce qui se passe pendant ce moment à table. L’heure du repas est un moyen de communiquer que les Européens prennent très au sérieux ! Je suis mère d’enfants adultes. Je chéris ces moments précieux où nos enfants viennent à la maison avec leurs familles.

Je suis ravie de préparer et de servir leurs aliments préférés. Cela me rappelle lorsqu’ils étaient à la maison. Cependant, j’apprécie encore plus nos conversations – les rires, les histoires, les discussions stimulantes pendant le repas, lesquelles se poursuivent bien après avoir terminé la vaisselle.

Imaginons maintenant que mon fils ou ma fille, alors qu’ils sont en chemin vers la maison, s’arrêtent à un dépanneur, et se gavent de croustilles, de bonbons et de boissons gazeuses alors que moi, je mets la dernière touche à la préparation d’un savoureux repas maison. Ils arrivent chez nous, me font la bise, et me disent : « Ouah ! Que ça sent bon ici ! » Mais quand vient le temps de se mettre à table, ils refusent : « Merci, Maman, mais nous n’avons pas faim. Nous nous sommes arrêtés à la station d’essence et avons mangé des tas de choses en chemin. » Voilà qui est ridicule ! Un bon repas les attendait, mais ils ont choisi de se bourrer de malbouffe. Heureusement, ceci ne s’est jamais produit chez nous !

Arrêt au dépanneur

Serions-nous coupables de nous arrêter au dépanneur, pour ainsi dire, de nous remplir de malbouffe, et de refuser la nourriture éternellement satisfaisante que Dieu nous offre ? Notre Père nous invite, dans Ésaïe 55, à venir à sa table et à festoyer : « Ô vous tous qui avez soif, venez vers les eaux […] Pourquoi pesez-vous de l’argent pour ce qui n’est pas du pain ? Pourquoi peinez-vous pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi donc et mangez ce qui est bon, et vous vous délecterez de mets succulents. Tendez l’oreille et venez à moi, écoutez, et votre âme vivra » (Ésaïe 55.1-3).

Quels « mets succulents » Dieu désire-t-il partager avec nous ? Sa grâce et son pardon ! Ils nous sont gratuitement offerts si seulement nous nous joignons à lui à sa table (Ésaïe 55.7). Jésus reprit cette métaphore de nourriture et d’eau lorsqu’il se décrivit comme étant « l’eau vive » et « le pain de vie ».

Ainsi, ne vous contentez pas de malbouffe ! Acceptez l’invitation divine à venir à la table du Seigneur et à jouir de cette nourriture qui, offerte en Jésus, satisfait l’âme. La miséricorde, le pardon et l’amitié n’attendent que vous. Le Seigneur promet que vous ne serez pas déçus !

 Réagissez à cet article.  Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________


Par Nancy Gerard. Copyright 2014, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Monique Lemay. Sauf mention contraire, les citations bibliques sont empruntées à la Bible Segond révisée (Colombe).


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.