Home > Archives > La Bible Dit >
.
Dans ses traces
.
Photo: Dreamstime
J’ai grandi dans les montagnes Rocheuses du Colorado. Le paysage d’hiver est à couper le souffle, et l’air frais des montagnes, vivifiant. Cependant, il est difficile de marcher dans la neige – surtout quand on est un petit garçon de cinq ans !

En janvier, il y a bien des années, ma famille se rendit à pied jusqu’à notre cabane, histoire de s’assurer que le toit tenait le coup. L’année précédente, il s’était effondré sous 1,50 mètre de neige, et Papa avait dû le remplacer.

Comme je connaissais bien le chemin, mes parents me permirent de prendre les devants tant et aussi longtemps que je ne les perdais pas de vue. La couche de neige était de plus en plus épaisse. À chaque pas, mon pied s’enfonçait et se coinçait. Je tirais alors de toutes mes forces pour le dégager… et me retrouvais chaque fois à tomber.

Finalement, mes parents me rejoignirent.

« Est-ce que l’un de vous peut me porter ? » dis-je en haletant. Je connaissais la réponse. Mon père tenait dans ses bras ma petite sœur de quatre ans, et ma mère, mon petit frère de deux ans. Mais j’étais épuisé. Il me fallait de l’aide.

« Ronnie, le problème, c’est que tu es devant nous et que tu nous ouvres le chemin. Pourquoi ne marches-tu pas dans mes traces ? » me suggéra Papa.

Changer de chef

J’aimais pourtant bien ça être « le chef », moi ! Mais l’idée de Papa me faciliterait la vie. Je le laissai me dépasser, puis commençai à marcher dans ses traces. Cependant, elles étaient plus espacées que les miennes.

« Papa, ne fais pas d’aussi grands pas, s’il te plaît ! » demandai-je. Aussitôt, il ajusta son enjambée, ce qui m’aida vraiment beaucoup. De temps en temps, je trébuchais en essayant de mettre mon pied dans la trace de botte suivante.

Soudain, je tombai de tout mon long à cause d’une rafale. Papa s’arrêta et m’aida à me relever. Notre marche se poursuivit. Je tombai plusieurs fois en chemin, mais Papa était toujours là pour m’aider à me relever.

Notre cheminement chrétien ressemble beaucoup à cela. Nous voulons diriger. Ouvrir le chemin. En fait, il nous arrive même de faire cavalier seul. Mais c’est à ce moment-là que les choses se corsent. Pourquoi ne pas laisser Dieu prendre les devants ?

Nous devons marcher dans ses traces. Cependant, est-ce à dire que nous n’aurons jamais de problèmes ? Non ! Il y aura des pièges, mais Dieu sera là pour nous aider chaque fois que nous tombons. Ainsi, lorsqu’il nous tend sa main secourable, saisissons-là. Grâce à son aide, nous pourrons continuer la route pour atteindre finalement notre foyer céleste.

« Il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix du Christ […] Pour nous, notre cité est dans les cieux ; de là nous attendons comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera notre corps humilié, en le rendant semblable à son corps glorieux » (Philippiens 3.18-21).

 Réagissez à cet article.  Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________
 

Par Ron Reese. Copyright 2014, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Monique Lemay. Traduit par Monique Lemay. Sauf mention contraire, les citations bibliques sont empruntées à la Bible Segond révisée (Colombe).


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.