Home > Archives > La Bible Dit >
.
Un visiteur pour Jésus
.
Photo: Studiomill
Mes enfants et moi avons eu un merveilleux culte familial ce matin. S’ils n’en ont tiré que la moitié des bienfaits qu’il m’a apportés, alors ils ont été bien nourris spirituellement. Nous sommes en train de lire la série « Raconte-nous une histoire », rédigée par Arthur Maxwell et publiée pour la première fois en 1924 [en anglais] (www.uncle-arthurs.com). L’histoire d’aujourd’hui, que l’on trouve dans le volume deux, m’a particulièrement touchée sur le plan pratique.

C’est l’histoire d’une petite fille nommée Élisabeth. Sa mère, qui s’est aperçue que sa fille lui a menti, l’a punie. Fabienne, l’amie d’Élisabeth, est assez mûre pour son âge. Elle lui explique les dangers du mensonge et lui donne ensuite la recette la plus simple et la plus belle que j’aie jamais entendue pour mener une vie chrétienne victorieuse. Élisabeth sait fort bien qu’il est mal de raconter des mensonges. Elle ne veut pas mentir, mais parfois, elle ne peut s’en empêcher.

Qu’est-ce que je ressemble à cette petite fille ! Nous pouvons, elle et moi, nous identifier à l’homme misérable de Romains 7. Il ne fait pas le bien qu’il veut faire, et fait le mal qu’il ne veut pas. À la fin du chapitre, Paul dit : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ?… Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur ! » (Romains 7.24, 25, LSG) Paul sait que Jésus peut le délivrer du cycle infernal du péché. Mais comment ?

Ramenons cette misère plus près de chez nous, soit à l’église de Laodicée, église qui, croyons-nous, représente l’Église de Dieu – nous – au terme de l’histoire de la terre. Dans Apocalypse 3, Jésus nous dit que même si nous nous croyons spirituellement riches, nous sommes, en fait, malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus. Cette condition est-elle irrécupérable ? Non ! Il y a une solution. Jésus nous offre de l’or, des vêtements blancs, et un collyre. Tout ce que nous devons faire, c’est lui permettre d’entrer dans notre cœur et le laisser régner pleinement sur nous. Mais comment ?

Inviter Jésus

Fabienne dit à Élisabeth d’inviter tout simplement Jésus dans son cœur quand elle fait sa prière le soir. C’est la première étape de la solution. Je peux faire cela. Jésus désire que je l’invite à entrer chez moi. Il dit : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » (Apocalypse 3.20, LSG) Élisabeth l’a-t-elle fait ? Je ne sais pas, mais en ce qui me concerne, je vous assure que j’ai demandé à Jésus de venir dans mon cœur à maintes reprises. Malgré tout, je continue à dire des mensonges, et j’ai encore mille comportements malheureux. Il est clair qu’il n’y a pas que Jésus qui frappe à la porte de mon cœur dans l’espoir d’y entrer… Satan, ce vendeur sournois, a le même désir, et moi, j’ai du mal à le repousser.

C’est à ce moment que Fabienne présente la deuxième étape de la solution. Lorsque Satan frappe à la porte de son cœur pour la tenter, elle ne répond pas. Elle accourt immédiatement vers Jésus. Et Jésus lui dit : « Pas de problème, ma petite, je me charge de ce visiteur. » À la vue de Jésus, Satan s’enfuit, et sa tentation avec lui.

Élisabeth et moi n’avons plus à nous occuper de Satan. Quel bonheur ! Nous ne pouvons résister à ses tentations, mais Jésus, lui, le peut. Tout ce qu’il nous reste à faire, c’est de ne pas oublier de les remettre au Seigneur.

 Réagissez à cet article.  Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________
 
Par Hannah Henry. Copyright 2014,
GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Monique Lemay. Sauf mention contraire, les citations bibliques sont empruntées à la Bible Segond révisée (Colombe).


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.