Home > Archives > La Bible Dit >
.
Une question d'honnêteté
.
Photo: Milan Vasciek
Quand on a des transactions bancaires à effectuer, voici comment on fonctionne « à l’américaine » : on se sert de « l’autobanque », c’est-à dire qu’on encaisse un chèque, ou qu’on dépose ou retire de l’argent du compte-chèques ou du compte-épargne sans quitter son automobile. Un homme, que nous appellerons Ralph, se servait régulièrement de l’autobanque.

Un jour, Ralph reçut une lettre l’informant qu’il avait trop payé de taxes foncières. Un remboursement de 9 $ accompagnait cet avis. Il se rendit donc à sa banque pour encaisser le chèque. Une fois au guichet pour automobilistes, il glissa son chèque dans la cassette, laquelle « l’aspira » immédiatement. Par l’interphone, la caissière lui demanda ce qu’il désirait en faire. Il lui demanda la somme en espèces.

Une enveloppe revint bientôt dans la cassette. Ralph la prit. Mais comme il n’y avait dedans qu’une bien modeste somme, il se contenta seulement de la glisser dans sa poche. Le soir venu, il l’ouvrit. Ses yeux s’écarquillèrent de surprise. L’enveloppe ne contenait pas 9 $, mais neuf billets de 100 $ !

Quand l’honnêteté s’en mêle

Le matin suivant, Ralph revint à la banque avec les 900 $. Cette fois, il entra dans l’établissement pour demander à la caissière si la veille, à la fermeture, on s’était rendu compte d’une erreur bancaire. La caissière demanda à la gérante de venir au guichet et la mit au courant des faits. Après une vérification rapide, la gérante dit à Ralph qu’il n’y avait rien à signaler pour l’instant.

Ralph demanda alors aux deux dames si elles désiraient qu’il leur laisse l’enveloppe de 900 $ pendant qu’elles procédaient à une vérification plus poussée. La gérante sourit et lui dit que ce n’était pas nécessaire.

Plus tard dans la journée, Ralph reçut un coup de fil de la banque. Vous avez deviné : son chèque de 9 $ avait été retracé, et l’erreur, pour le moins malheureuse, repérée. La gérante lui demanda de passer à la banque pour rendre les 900 $ et pour recevoir la somme qui lui revenait.Ralph était un pasteur dont l’église utilisait la même banque. Il n’eut aucun mal à discerner son devoir dans cette affaire. Il appliqua dans sa propre vie l’exhortation de l’homme le plus sage de la terre : « Celui qui dit la vérité rend un témoignage juste ; mais le faux témoin soutient la fraude. » (Proverbes 12.17, OST)

« Le Seigneur venait de me donner une autre occasion de témoigner pour lui et pour notre église, dit-il. Dieu est bon. »

 Réagissez à cet article.  Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________


Par Carole Kilcher. Copyright 2013, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Monique Lemay. Sauf mention contraire, les citations bibliques sont empruntées à la Bible Segond révisée (Colombe).


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.