Home > Archives > La Bible Dit >
.
La dîme et Dieu
.
Photo: Thomas Perkins
Je l’avoue : il ne m’est pas toujours facile de rendre la dîme. Si j’écris cet article, c’est que je pense n’être pas la seule dans cette situation. La Bible enseigne que dix pour cent de mon revenu appartient à Dieu.
Malheureusement, je n’y trouve aucune clause échappatoire me permettant de sauter un versement de dîme ou au moins de diminuer le pourcentage lors de fins de mois difficiles. Si mon chèque de paie ne suit pas la hausse du coût de la vie, eh bien tant pis ! le dix pour cent de ma rémunération appartient toujours à Dieu. Que mon emploi soit précaire ou non, que mes investissements rapportent ou plongent, que le taux de mon prêt hypothécaire monte ou descende, le premier dix pour cent de mon revenu appartient encore et toujours à Dieu.

Je sais combien il est facile de rationaliser… Dieu se montrera accommodant si j’emploie l’argent de la dîme pour acheter de l’essence ou de la nourriture. Ou il n’y a qu’à prétendre avoir conclu un prêt avec le Seigneur, un prêt à 0 pour cent d’intérêt bien entendu, en lui promettant de rendre la dîme de ce mois le mois prochain. Mais, que dit Dieu de ces théories ?

Lorsque les Juifs ont essayé de retenir leurs dîmes à l’époque de Malachie, Dieu les attendait de pied ferme : « Un être humain peut-il frustrer Dieu ? Car vous me frustrez et vous dites : En quoi t’avons-nous frustré ? C’est sur la dîme et le prélèvement ! Vous êtes frappés par la malédiction et vous me frustrez, la nation tout entière ! » (Malachie 3.8-9) Non, Dieu n’a pas besoin de notre misérable dix pour cent. Pourtant, nous le volons lorsque nous ne lui retournons pas ce qui lui appartient.

Le pas de la foi

Dieu désire nous combler au-delà de nos espérances. Cependant, il ne peut bénir un voleur. Il sait que la dîme exige de notre part – comme de celles des Juifs d’antan – de faire le pas de la foi et de croire qu’il pourvoira à nos besoins. Par conséquent, il nous demande de le mettre à l’épreuve (Malachie 3.10a). Il n’est pas d’usage pour Dieu de faire de telles demandes. Vous souvenez-vous de la réponse qu’a donnée Jésus à Satan dans le désert de la tentation ? Il a cité les Écritures défendant de mettre Dieu à l’épreuve (Matthieu 4.7). Pourtant, dans le cas présent, Dieu nous met au défi d’agir ainsi.

Et si nous sommes fidèles dans la dîme, quelle sera notre récompense ? Des bénédictions, encore des bénédictions, toujours des bénédictions ! Il fera pleuvoir sur nous tant de bienfaits que nous pourrons lui rendre plus de dîmes encore, en un cercle sans fin de bénédictions.

Il est clair que l’investissement le plus sage que nous puissions faire est de rendre honnêtement et fidèlement notre dîme, quel que soit l’état de notre compte bancaire. Dieu promet de bénir notre engagement. Alors, qu’attendez-vous ? Mettez-le à l’épreuve !

 Réagissez à cet article.  View Reader Comments
______________________________

Par Hannah Henry. Copyright 2008, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Louise Geiser. Les citations bibliques sont empruntées à la nouvelle version Segond révisée, 1978.


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.