Home > Archives > La Bible Dit >
.
« Que des choses »
.
Photo: iStock
À l’approche d’un ouragan, le bureau où je travaille allait fermer temporairement. Nous avons reçu pour consigne de ranger soigneusement les papiers importants et tout article irremplaçable. Comme je suis habitué à faire des copies de sauvegarde de mon travail, ce départ précipité ne changeait rien pour moi. J’ai donc rangé mon travail de la journée, nettoyé mon bureau et me suis préparé à partir.

« Tu ne ranges pas tes modèles réduits ? » m’a alors demandé un collègue. « Tu ne vas tout de même pas les laisser là, n’est-ce pas ! Si les vitres de la fenêtre volent en éclats, tu pourras leur dire adieu. »

« Eh bien, je les remplacerai, c’est tout. »

Je consacre quinze à vingt minutes de ma pause-repas à construire, à l’aide de carton et de cure-dents, des modèles réduits, en grande partie des reproductions à l’échelle des produits de ma compagnie. Je les range ensuite sur une bibliothèque dans mon bureau. Puisque que je travaille pour cette entreprise depuis des années, j’en ai donc toute une collection. C’est plutôt impressionnant comme exposition, quoique, à dire vrai, cela se réduise à peu de chose. La valeur matérielle de mes modèles réduits est négligeable, car ils sont faits de papier et de colle. Cependant, je dois dire que leur construction m’a accordé quelques heures de repos, me permettant de retourner dispos à mon ordinateur.

Je connais le moindre de leurs défauts. Ils ne sont pas irremplaçables, car je peux facilement les refaire, en les améliorant. D’ailleurs, il m’est déjà arrivé de donner une première version à un collègue, un petit cadeau qu’il a fort apprécié.

Pas vraiment un prix

Ces modèles réduits sont éphémères comme le sont toutes choses. Certains ont tendance à l’oublier dans leur obsession à accumuler des biens. Et que dire de l’autocollant suivant : « Celui qui meurt avec le plus de jouets a remporté le prix. » Mais quel prix ? Une collection de jouets dont aucun de ses héritiers ne voudra ? Pas vraiment un prix.

Nous sommes des visiteurs temporaires ici-bas. N’oublions pas que notre vie n’est qu’une partie du voyage, que la terre n’est pas notre destination. De plus, Jésus nous a avertis maintes fois du danger d’être obsédés par les choses. Dans la parabole du riche insensé, ce dernier déclare : « Mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour plusieurs années ; repose-toi, mange, bois et réjouis-toi. » Dieu lui répond : « Insensé ! cette nuit même ton âme te sera redemandée ; et ce que tu as préparé, à qui cela sera-t-il ? » (Luc 12.19-20)

Dans la parabole des invités, Jésus parle d’un homme voulant donner un grand repas et dont les invités « unanimement se mirent à s’excuser. Le premier lui dit : J’ai acheté un champ et je suis contraint d’aller le voir ; tiens-moi, je te prie, pour excusé. Un autre dit : J’ai acheté cinq paires de bœufs, et je vais les essayer ; tiens-moi, je te prie, pour excusé. » (Luc 14.18,19) Ils ont négligé le ciel (le repas de noces) au profit de leur quête de choses matérielles.

Il est bon d’accorder de la valeur aux choses qui vous procurent abri et nourriture, mais ne les surévaluez pas. « Car cela, ce sont les païens qui le recherchent. Or votre Père sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus. » (Matthieu 6.32,33)

 Réagissez à cet article.  View Reader Comments
______________________________

Par Mark N. Lardas. Copyright 2015, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Louise Geiser. Les citations bibliques sont empruntées à la nouvelle version Segond révisée, 1978.


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.