Home > Archives > La Bible Dit >
.
Une riche cueillette
.
Photo: Andreas Steinbach
La fin de l’été en Iowa annonce le temps des mûres ! Il y a plusieurs années, en enlevant les broussailles sur son terrain, mon beau-frère y a découvert une petite mine d’or : plusieurs acres couverts de mûriers. Il a tracé des chemins au travers des épais buissons pour permettre un meilleur accès à ces trésors juteux. Depuis ce jour, Mark, mon mari, est le champion des cueilleurs de mûres. En fait, au moment même où j’écris cet article, Mark s’active dans le taillis de mûriers, espérant battre son record de 38 litres.

J’aime les mûres, mais pas au point d’aller m’égratigner dans un taillis de mûriers ! En plus, je suis allergique à l’herbe à puces, je déteste les moustiques, et n’apprécie vraiment pas me frôler aux épines. Mark, par contre, ne craint rien. Il a pour ambition de n’oublier aucune baie. Il fait même le tour du taillis avant le mûrissement des petits fruits pour évaluer leur état de maturité et leur potentiel. Jamais il n’est revenu à la maison en marmonnant : « Ces mûres alors, jamais elles ne mûriront ! » Je l’entends plutôt dire : « Ooooh… ! encore un peu et elles prendront de la couleur. Encore quelques pluies et elles seront grosses, bien sucrées, prêtes à me tomber dans la main ! »

Il a bien raison, et c’est exactement ce qui se produit. Chose intéressante, même s’il aime le goût des mûres, ce n’est pas ce qui le pousse à les cueillir. Il m’a expliqué que plus il en cueille, plus il veut en cueillir. Plus c’est difficile, plus il y prend plaisir. C’est à n’y rien comprendre ! Lorsqu’il a cueilli toutes les mûres en bordure des sentiers, il s’enfonce dans le taillis où l’attendent herbe à puces, tiques, moustiques, bestioles diverses et épines acérées. « Plus elles me coûtent cher, dit-il, plus j’en veux. »

Une leçon spirituelle

Vous comprendrez pourquoi mon congélateur est plein de ce petit fruit délicieux que nous dégusterons sous forme de gâteaux, de tartes, pendant la saison froide. Une leçon spirituelle se dégage ici. Je pense à Jésus et à cette immense moisson de gens qu’il voudrait tellement récolter. Combien insignifiants et immatures devons-nous lui apparaître ! Il aurait tous les droits de nous regarder pour ce que nous sommes vraiment plutôt que de voir notre riche potentiel.

Mais il n’a qu’une ambition : notre épanouissement. Il fait donc pleuvoir le Saint-Esprit sur nous et nous nourrit de sa Parole. Il veille sur nous, attendant que nous mûrissions, puis tombions bien mûrs dans sa main. Plus nous sommes éloignés, plus il veut nous atteindre. Plus cela lui coûte, plus il nous veut. C’est parce qu’il s’est sacrifié pour nous qu’il veut d’autant plus entrer en contact avec nous. Ne voulant pas nous laisser mourir, il y a mis le prix : la souffrance, le rejet et même la mort. Il n’a pas hésité à s’enfoncer dans les taillis épineux de notre monde de ténèbres.

« Père, je veux que là où je suis, ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. » (Jean 17.24)

 Réagissez à cet article.  Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________

Par Gwen Scott Simmons. Copyright 2012, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Louise Geiser. Les citations bibliques sont empruntées à la nouvelle version Segond révisée, 1978.


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.