Home > Archives > La Bible Dit >
.
À moitié mort
.
Photo: iStock
Un bon matin, juste avant de me rendre au travail, j’ai décidé de faire quelques courses. Cette heure matinale me convient très bien : c’est moins achalandé, et en plus, les gens sont frais et dispos, tout comme moi…, excepté le livreur de la compagnie Little Debbie.

L’homme, dans la cinquantaine, est assis par terre, à l’indienne. Il regarnit les rayons de différentes variétés de gâteaux.

Tout en le saluant, je tente d’attraper une boîte de barres de céréales qui me serviront de déjeuner. « Bonjour, comment allez-vous ? » Je dois avouer que sa réponse m’importe peu. Je me contente simplement de débiter les paroles de politesse habituelles que nous prononçons lorsque nous croisons quelqu’un.

« Je suis à moitié mort, et ça empire de jour en jour. »

Oh là là ! Est-ce bien à moi qu’il s’adresse ? À moitié mort ! Et cela ne fait qu’empirer ! Je ne lui en demande pas tant. Je veux juste me montrer gentille. Gentille, vraiment ? Est-ce que c’est vraiment gentil de demander à quelqu’un comment il va quand on ne veut même pas entendre sa réponse ? Alors, tant pis ! C’est bien à moi qu’il parle. Et parce que je suis courtoise de nature, je ne peux certainement pas lui tourner le dos en marmonnant le « tant mieux » usuel qui aurait été ma réponse s’il avait eu la charité de me mentir.

« Oh, comme je suis désolée. » Je me suis dit ensuite que si je désire vraiment faire preuve d’honnêteté, je dois lui dire que je me sens exactement comme lui – à moitié morte ! « Je comprends ce que vous voulez dire. »

« Cet hiver me tue, se plaint-il. Cela me rend malade de me réveiller chaque matin avec cette neige qui s’accumule…, et ce froid qui n’en finit pas… »

« Moi aussi. »

Il s’excuse. « Je ne devrais pas dire aux gens que je suis à moitié mort, je voulais seulement… »

Je suis tout ouïe cette fois. Je lui réponds dans un élan sincère : « Pas de problème ! Je sais ce que vous ressentez. Cet hiver est le plus long que nous ayons connu depuis des années, et vous avez bien raison de le dire. »

Ma prière matinale

En l’observant plus attentivement, je remarque qu’il a vraiment l’air déprimé. Ma prière de ce matin-là me revient alors à l’esprit. J’avais demandé à Dieu de m’aider à faire au moins une bonne action pendant la journée. Serait-ce le moment ? Dieu me donnerait-il une occasion maintenant ? Alors, il ne faut  surtout pas que je la rate.

« Courage ! Nous sommes déjà en février. Le printemps est à la porte. »

Nous bavardons encore un moment. Et petit à petit, notre moral remonte. Finalement, je prends la boîte de barres de céréales et le quitte sur ces quelques mots : « Ne lâchez pas surtout ! »

« D’accord, merci beaucoup de m’avoir écouté », répond-t-il en souriant.

Écouté. Je suppose que je l’ai écouté. Je n’avais rien prévu de la sorte, je n’ai donc rien à voir là-dedans. Si j’ai écouté, c’est à cause de lui, à cause de son honnêteté. Il m’a dit la vérité au lieu de prétendre que son moral était au beau fixe.

Cette expérience me fait penser à Dieu. À ce Dieu qui sait vraiment écouter. Bien mieux que moi. Pourtant, il ne peut nous aider si nous ne lui disons pas toute la vérité. « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos, nous dit Jésus. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. » (Matthieu 11.28,29) Il est vrai qu’il connaît déjà nos sentiments. Cependant, si nous lui ouvrons notre cœur, si nous lui disons toute la vérité, même lorsque nous nous sentons à moitié morts, il pourra alors nous apporter du repos et de l’encouragement pour nos âmes.

 Réagissez à cet article.
______________________________

Par Gwen Scott Simmons. Copyright 2015, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Louise Geiser. Les citations bibliques sont empruntées à la nouvelle version Segond révisée, 1978.


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.