Home > Archives > La Bible Dit >
.
Vieux Chêne et la tempête de verglas
.
Photo: Elena Elisseeva
Dernièrement, une tempête de verglas a fait rage en Iowa, nous privant d’électricité pendant deux jours et deux nuits. Nous le savons tous : une panne d’électricité est plus un désagrément qu’une calamité. Le premier jour, il nous arrivait, à mon mari ou moi, de tourner machinalement un commutateur électrique ou un bouton de la cuisinière. À ce moment, nous avons constaté combien nous dépendions presque totalement de l’électricité pour vaquer à nos activités quotidiennes. Le second jour toutefois, les désagréments de la panne devinrent de plus en plus sérieux. Il nous fallait demeurer au chaud, mais comment ?

Reste que la plus grande tragédie de cette expérience n’a pas été l’absence d’électricité, ni même le froid désagréable, mais le bris des branches de centaines d’arbres à cause du poids de la glace. Plusieurs fois l’heure, nous entendions des divers coins de notre propriété de forts craquements, ressemblant au bruit d’un coup de feu. Chaque fois, je me ruais à une fenêtre pour voir une autre branche tombée sur le sol et une nouvelle plaie formée au tronc d’un arbre. Et chaque fois, mon âme souffrait.

Un lien spirituel avec les arbres

Je pense avoir une sorte de lien spirituel avec les arbres, mais rassurez-vous, pas à la manière de la réincarnation ! J’aime les arbres, mais je n’ai certainement pas été un saule pleureur dans une vie précédente. Malheureusement, j’ai dû constater que mon chagrin n’était pas partagé. En fait, les gens se plaignaient surtout de la corvée que cette terrible hécatombe leur imposerait. Quant à moi, je pleurais sur les blessures de mes amis, ces arbres que j’avais vu grandir en même temps que nos enfants.

Un arbre s’est démarqué pendant cette tempête de glace. Un chêne majestueux, très grand, très vieux, que nous avions nommé Vieux Chêne. Pendant que le verglas martelait les fenêtres, glaçait les trottoirs et malmenait les arbres, Vieux Chêne est demeuré bien droit, indifférent à la tempête. Il semblait presque envoyer un message d’encouragement aux arbres plus jeunes et plus faibles qui l’entouraient.

Tenez bon. Vous êtes peut-être brisés, mais vous n’avez pas été abattus. Vous êtes peut-être blessés, mais en guérissant, vous deviendrez plus forts qu’avant. J’ai été brisé, moi aussi. Mais grâce à ce bris, beaucoup de nouvelles branches ont pu pousser, des branches qui se sont étendues au point de toucher d’autres arbres. J’ai été blessé, moi aussi. Cependant, mes blessures sont un symbole de guérison pour les autres arbres autour de moi. J’ai eu froid, mais le soleil est toujours revenu pour faire fondre la glace, ne laissant que quelques mares à mon pied. Ces mares ont fini par fortifier mes racines.

Le rapport évident entre Vieux Chêne et Jésus m’a frappée tout à coup. Quand la tempête se déchaîne, notre Sauveur marche à nos côtés. Lorsque notre cœur est sur le point de se briser, il nous rappelle qu’il fut lui aussi brisé. Il nous dit qu’ensuite nous deviendrons plus forts et que notre influence grandira. Lorsque nous sommes blessés, il nous rappelle qu’il le fut aussi et que par ses blessures nous sommes guéris. (1 Pierre 2.24) Lorsque nous avons froid, il nous rappelle que les rayons de sa justice apparaîtront pour fondre la glace et fortifier nos racines dans son amour.

Je pleure encore la perte de ces branches, mais je suis reconnaissante pour les leçons que m’a enseignées Vieux Chêne.

 Réagissez à cet article.  Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________
 
Par Gwen Scott Simmons. Copyright 2011,
GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Louise Geiser. Les citations bibliques sont empruntées à la nouvelle version Segond révisée, 1978.


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.