Home > Archives > La Bible Dit >
.
Haute, votre fièvre ?
.
Photo: MorgueFile

Ma fille, mon gendre et mon petit-fils Jake qui habitaient Cornwall, Angleterre, vinrent nous rendre visite. Ce fut un moment formidable de retrouvailles. Et que dire de la présentation de Jake à ses cousins Tommy et Brandon ! Mais, ce qui devait arriver arriva : Jake, 18 mois, commença à faire de la fièvre. Brandon, 9 mois, l’eut à son tour et Tommy, 4 ans, ne put y échapper. Et voilà que le rhume s’en mêla, sans plus, heureusement. Les garçons finirent par perdre pas mal de leur dynamisme, ce qui entrava nos plans (nous voulions faire découvrir St. Louis à nos visiteurs).

Vous savez, il est toujours intéressant d’être la matriarche dans un groupe comme celui-ci. De temps à autre, mes enfants viennent me demander conseil –chose qu’ils détestaient faire en période d’adolescence… Mais depuis que j’ai des cheveux gris, ils estiment que je peux savoir quelque chose.

Joelle me demanda si elle devait cesser de donner du Tylenol à Jake pour voir le degré réel de sa fièvre. Il existe deux écoles de pensée : ou bien vous laissez la fièvre suivre son cours normal sans médicament puisqu’elle est supposée être la défense naturelle du corps pour se débarrasser d’une infection, ou bien vous péchez par souci de confort pour ces petits et vérifiez leur température quand vient le temps d’administrer une autre dose. Si la fièvre reste haute, vous leur donnez encore le médicament. Eh bien, j’appartiens à la seconde école de pensée.

Thermomètre et lecture de la Bible

Ma pensée vagabonda alors que je réfléchissais aux autres choses que nous pouvons cesser de faire pour voir si nous en avons toujours besoin. L’une des habitudes que j’essaie très fort de conserver, c’est la lecture quotidienne de la Bible et la prière. Ce n’est pas quelque chose que je fais aisément. Je suis fondamentalement paresseuse et déteste programmer quoi que ce soit qui doive se faire chaque jour, à un moment précis. J’ai essayé de m’adapter quand j’en avais envie, mais qu’il est facile de tout lâcher ! Et contrairement à la fièvre, il n’existe pas de thermomètre spécialisé pour la lecture de la Bible qui me dira quand j’ai besoin d’une autre dose ! Et pas de compteur pour voir si mon temps d’étude biblique améliore ma vie ou m’aide à ressembler davantage à Christ. Mais ne plus lire la Bible, ne plus prier, c’est trop risqué. Je ne veux pas savoir à quel degré monte ma « fièvre » en m’abstenant de ces précieuses activités.

« Ce livre de la loi ne s’éloignera pas de ta bouche ; tu y méditeras jour et nuit pour observer et mettre en pratique tout ce qui y est écrit, car c’est alors que tu mèneras à bien tes entreprises, c’est alors que tu réussiras. » (Josué 1.8)

 Réagissez à cet article.
______________________________
 
Par Dee Litten Reed. Copyright 2015, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Louise Geiser. Les citations bibliques sont empruntées à la nouvelle version Segond révisée, 1978.


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.