Home > Archives > La Bible Dit >
.
Rendu libre !
.
Photo: Danilevici Filip
Au cours des années 1700, Frédéric II, roi de Prusse, visita une prison à Berlin. Dans son interaction avec les détenus, il fut bombardé de leurs protestations d’innocence. « Injustement accusés, condamnés, victimes d’un coup monté ! » Les griefs pleuvaient sur le monarque.
 
Au milieu de l’agitation, le roi repéra un homme assis tout seul dans un coin. Il lui demanda le motif de son incarcération, ce à quoi le prisonnier répondit :
 
– Vol à main armée, Votre Honneur. 
– Êtes-vous coupable ?
– Oui, sire. Je mérite entièrement mon châtiment.
 
Surpris, le roi donna l’ordre suivant :
 
– Relâchez cet homme coupable. Je ne veux surtout pas qu’il corrompe tous ces gens innocents !
 
Dans notre monde d’aujourd’hui, les criminels déclarés coupables reçoivent occasionnellement une réduction de leurs sentences et sont bientôt relâchés dans la société. Cependant, dans la plupart des cas, c’est parce qu’une nouvelle preuve d’ADN a révélé leur innocence. Il est rare de voir un homme ou une femme avouer leur culpabilité. Mais quand ils le font, ils ne sont jamais remis en liberté sans avoir purgé leur peine.
 
L’économie divine
 
Dans l’économie divine, il n’en est pas ainsi. Le Seigneur renvoie libre les coupables, mais seulement s’ils confessent leur fautes.
 
Le roi David, autre personnage de la royauté, doté, par surcroît, d’un talent musical, exerça une influence majeure sur le livre des Psaumes. L’auteur proclama : « Du fond de ma détresse, j’ai fait appel à l’Éternel, et il m’a répondu en me rendant la liberté. » (Psaume 118.5, SEM) Bien que nous ne soyons pas certains que David soit l’auteur de ce chant, ce dernier cadre fort bien avec sa situation, car auparavant il avait confessé à Dieu son adultère et son meurtre.
 
Nous lisons encore dans le psaume 146.7 (BFC) : « Le Seigneur libère ceux qui sont enchaînés ».
 
David n’était pas en prison. Il était roi. Mais avant sa confession et son pardon, ses crimes – ou péchés – l’avaient incarcéré dans une cellule de culpabilité. Les barreaux devant lui n’étaient pas de fer, mais d’anxiété. Lorsqu’il se confessa, le pardon de Dieu brisa ses chaînes et le rendit libre !
Le Seigneur attend de faire ainsi pour chacun de nous. Quelle que soit la chose qui vous jette émotionnellement (si pas physiquement) derrière les barreaux, elle pourra vous être pardonnée si vous la confessez à Jésus. « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » (1 Jean 1.9)
 
 Réagissez à cet article.  Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________
 
Par Kathy A. Lewis. Copyright 2010, GraceNotes, Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Louise Geiser. Les citations bibliques sont empruntées à la nouvelle version Segond révisée, 1978.


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.