Home > Archives > La Bible Dit >
.
Délivrée du mal
.
Photo: Marianna Pappas
« Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les pouvoirs, contre les dominateurs des ténèbres d’ici-bas, contre les esprits du mal dans les lieux célestes. » (Éphésiens 6.12)
 
Toute ma vie, j’ai su qu’il existe une bataille entre le bien et le mal. J’ai toujours compris que Satan tente de nous détruire alors que Dieu essaie de nous sauver, mais je ne l’ai jamais réellement saisi au niveau personnel jusqu’à ce que je passe par l’expérience suivante.
 
Depuis de nombreux mois, j’étais aux prises avec une dépression. J’avais cherché de l’aide médicale, mais les médicaments m’occasionnaient des effets secondaires pires que la maladie elle-même, me semblait-il. Je cessai donc de les prendre.
 
Un jour, tandis que je me trouvais seule à la maison, je m’installai à mon bureau pour travailler un peu. Mais l’intensité de ma dépression était telle que je n’arrivais pas à me concentrer. Je résistai à cet état d’âme pendant plusieurs heures, mais en vain. J’abandonnai, et décidai de m’installer au salon dans un fauteuil confortable pour réfléchir et prier. Tandis que je priais et méditais, il me vint à l’esprit que l’oppression contre laquelle je me débattais n’avait rien à voir avec la chair et le sang ! C’étaient les esprits du mal qui me harcelaient. Immédiatement, j’inclinai la tête et priai.
 
Une prière toute simple
 
Je prononçai une simple prière à haute voix, demandant à Dieu de chasser de ma vie Satan et ses esprits malfaisants. Je confessai mon impuissance et, reconnaissant l’omnipotence de mon Père céleste, lui demandai de neutraliser les mauvais anges au nom de Jésus qui avait répandu son sang sur la croix pour moi.
 
Je me redressai, fermai les yeux, et attendis le miracle. Hélas, rien ne se produisit. Je me sentais tout aussi dépressive qu’avant. Soudain, le sommeil commença à me gagner. Je devais pourtant me lever et aller travailler à mon bureau pour rencontrer mes échéances. Mais il me fut impossible de rester éveillée. Je me mis au lit et sombrai immédiatement dans un profond sommeil.
 
Après avoir dormi environ une heure, je fus réveillée brusquement par le bruit de la porte avant qui s’ouvrait. C’était on ne peut plus inhabituel, puisque mon mari travaillait et que mes fils étaient à l’école. Personne d’autre n’avait une clé de la maison. Je me levai d’un bond pour voir qui était là. Personne… La porte était largement ouverte, mais il n’y avait personne en vue. Comment était-ce possible ? Déconcertée, j’essayai de comprendre ce qui s’était passé. Voyons, la porte n’avait pu s’ouvrir toute seule ! Nous étions à l’époque de la mousson, le temps chaud et humide la faisait gonfler légèrement, au point où nous devions parfois user de force physique pour l’ouvrir. Et voilà qu’elle était grande ouverte, et que je n’apercevais âme qui vive !
 
C’est alors que je sentis quelque chose de différent en moi. Mes sentiments dépressifs s’étaient évanouis. En fait, je me sentais on ne peut mieux ! Une soif de vivre m’habitait, et je sentis intérieurement une paix et une force nouvelles. Je compris soudain le mystère de la porte ouverte. Je crois sincèrement qu’une bataille spirituelle commença immédiatement après que j’eusse demandé à Dieu de m’aider. Le Seigneur fit tomber sur moi un profond sommeil parce qu’il désirait que je reste hors du combat. Comme je lui avais demandé de combattre pour moi, il me mit gentiment de côté, en toute sécurité, pendant qu’il luttait contre l’ennemi. Même si Satan ne voulait pas lâcher sa proie, le Seigneur remporta la victoire. En fait, Satan n’eut d’autre choix que de déguerpir, parce que la bataille entre le bien et le mal fut gagnée il y a longtemps à Golgotha. Je crois que c’est l’ange du Seigneur qui ouvrit la porte de la maison ce jour-là, escortant Satan jusqu’à l’extérieur. Reconnaissante, je m’agenouillai et remerciai Dieu de sa grâce merveilleuse à l’égard d’une servante indigne.
 
Les années ont passé, depuis. Jamais plus je n’ai senti cette dépression ou ce sentiment d’oppression. Je ne peux que rendre grâce au Seigneur.

 Réagissez à cet article. Lisez les commentaires de nos lecteurs
______________________________
 
Par Naomi Castro. Copyright 2013, GraceNotes. Tous droits réservés. L'emploi de ce matériel est assujetti aux règles d'utilisation. Traduit par Louise Geiser. Les citations bibliques sont empruntées à la nouvelle version Segond révisée, 1978.


SiteMap. Powered by SimpleUpdates.com © 2002-2016. User Login / Customize.